La dictature des compteurs

La dictature des compteurs

Depuis l’annonce du remplacement des anciens compteurs d’électricité d’EDF par des compteurs communicants, plusieurs collectifs citoyens ont vu le jour. Les militants sont déterminés à mettre en échec les plans du fournisseur d’énergie, tout ça dans le but de préserver leur santé.

Tous mobilisés contre Linky ! » Samedi 7 mai, Stop Linky Kreiz Breizh est allé manifester devant la mairie de Brest. Environ 200 personnes étaient présentes pour exprimer leur refus du nouveau boîtier. Ailleurs, des actions plus ‘’musclées‘’ ont lieu. Par exemple, certains habitants empêchent les agents d’entrer dans les bâtiments, ou cadenassent les anciens dispositifs. « Ici, nous ne cherchons pas le conflit » fait valoir Loïc Le-Naour, conseiller municipal de Meudon, dans les Hauts-de-Seine.

« Je pense qu’il faut faire prendre conscience aux gens des dangers de Linky. Une fois qu’ils seront suffisamment informés, ils pourront faire leur choix en toute connaissance de cause. Nous nous réunissons une fois par semaine avec le collectif Stop Linky 92 Meudon afin d’étudier différents projets d’informations. Nous proposons également sur notre site un modèle de lettre à envoyer au maire pour lui motiver son refus. Nous aimerions qu’une réunion publique soit organisée, et qu’elle soit prise en compte par la municipalité. »

Linky, le compteur intelligent d'Enedis Credit:ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Linky, le compteur intelligent d’Enedis Credit:ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Opération léopard

Face à ces mouvements de contestation, Enedis (ex ERDF) a adopté une stratégie bien étonnante. « Les agents commencent à utiliser des techniques militaires pour installer de force leurs compteurs. Par exemple, ils pénètrent dans les propriétés sans l’accord des habitants. Et si jamais ils se font prendre, ils essaient celle d’à côté. Les militaires appelleraient ça la technique léopard. » explique l’ancien membre des verts. « A Meudon, ils devaient l’installer en juillet. Sans nous avertir, ils ont commencé début mai. » rajoute Eve, administratrice de la page Facebook Stop Linky 92.

Il est vrai qu’Enedis voit les choses en grand. L’objectif est de remplacer 90 % des anciens compteurs dans 35 millions de foyers en France d’ici 2021. Soit 33 millions de vieux appareils bons pour la poubelle. Les nouveaux Linky et leur pose ne seront pas facturés. L’installation a commencé dès le 1er décembre 2015. Le service est destiné aux communes. Si une municipalité refuse son installation, elle n’a pas lieu.

C’est d’ailleurs par le biais de ce système que Loïc Le-Naour tente d’empêcher le déploiement de Linky : « Les citoyens ne sont pas assez au courant des risques. » fait-il savoir. « Je suis intervenu au dernier conseil municipal pour proposer un vœu en vue d’arrêter l’installation le temps d’informer la population. Malheureusement, ce dernier n’a pas été voté. Quant aux arguments du maire, eh bien il n’en a pas. Tout ce qu’il a fait, c’est m’envoyer les représentants d’ERDF qui m’ont récité leur leçon ».

Ce dialogue de sourds laisse le conseiller perplexe. C’est pour ça qu’il a lancé, avec un collectif de meudonnais, une campagne de sensibilisation. On peut ainsi trouver accroché un peu partout en ville des affichettes titrées « Linky arrive à Meudon ? », mettant sous les projecteurs les méfaits du compteur.

Placardées un peu partout à Meudon, ces affiches préviennent des risques liés à l'installation des compteurs

Ces affiches préviennent des risques liés à l’installation des compteurs. Crédit: Rémi YANG

« Les craintes autour de Linky sont infondées. »

Invité par la matinale des Echos, mardi 10 avril, Bernard Lassus, le directeur du programme, a défendu l’installation des nouveaux « compteurs intelligents ». Il assure que « les craintes autour de Linky sont infondées ».

D’après Enedis, il peut recevoir des ordres et envoyer des données sans l’intervention physique d’un technicien. « Il a été conçu pour faciliter la vie des clients. » Le service de presse du gestionnaire d’électricité vante ses avantages. « Avant, les relèves des compteurs devaient obligatoirement se faire sur rendez-vous. Un problème qui sera résolu avec l’arrivée de Linky, puisqu’il permettra de les effectuer à distance. Même chose pour les changements de puissance, les modifications de contrats, l’installation de l’électricité dans les nouveaux logements… »

Finies les interventions sur le terrain, donc.
Autre argument avancé, une « meilleure maitrise de la consommation. » En effet, « avec le nouveau compteur, le client peut la suivre sur un site Internet, mieux la comprendre, et agir pour la maîtriser. Le coût de nombreuses prestations va être diminué », sans donner plus de précisions.

Affiche linky 2

Très contesté, le compteur est loin de faire l’unanimité à Meudon. Crédits: Rémi YANG

Des ondes au tableau

Premier bémol, l’irradiation permanente générée par les Courants Porteurs en Ligne. Ces derniers sont des ondes électromagnétiques, classées en 2011 par l’OMS comme possiblement cancérigènes. Elles seront ainsi ajoutées dans le circuit électrique des habitations, impliquant une irradiation quasi permanente et omniprésente. Le compteur communiquant fonctionnera en flux tendu, et transmettra des courants de 50 mega hertz dans les fils électriques conçus pour n’en supporter que 50 hertz.

« C’est un danger pour nos enfants. Surtout que jusqu’en février 2014, les contrats d’EDF spécifiaient que le courant fourni dans les fils serait exclusivement de 50hz » dénonce Eve. « La solution serait de blinder les câbles, mais soyons réalistes : une action de ce genre engendrerait des dépenses colossales. » Elle partage l’avis de Loïc Le-Naour. « Les risques encourus ne sont pas assez connus. Les compteurs contribuent à la pollution électromagnétique. 700 000 antennes relais, répéteurs, et concentrateurs vont être installés en France, pour que Linky puisse fonctionner. »

Une militante bretonne déclare le 7 mai à Ouest France : « quelques jours après son installation, mes jumeaux de 16 mois se réveillaient en pleurs la nuit, j’avais des palpitations, des anomalies avec les lampes de l’habitation ».

Le feu au poudre

Une seconde ombre vient ternir le tableau idyllique dépeint par EDF. Les deux meudonnais expliquent que le nouveau dispositif pourrait bien augmenter les dépenses de ses utilisateurs. « La sensibilité de ce compteur est beaucoup plus précise que l’ancien. Au moindre dépassement, EDF procèdera à une coupure d’alimentation, qui entrainera des pannes d’appareils et de domotique. Les consommateurs devront alors souscrire un abonnement plus cher. » explique la créatrice de photos. « Cette initiative va également faire disparaître de nombreux emplois de techniciens. Environ 16.000 ! Sans grandes qualifications requises, ce sont des postes nécessaires et faciles d’accès qui vont être supprimés. » s’indigne Loïc Le-Naour. Une manière pour le géant de l’énergie en faillite de « renflouer ses caisses ».

Sur les 300 communes françaises auxquelles EDF a proposé Linky, 144 ont à ce jour refusé. Parmi elles, Bagnolet et le 1er arrondissement de Lyon. « Il faut protéger tout le monde », soutient Eve. « Les compagnies d’assurances ne couvrent pas les incidents liés aux ondes, au même titre que l’amiante, le plomb, et les OGM. »

Les compteurs communicants ne font pas seulement polémique en France. L’Allemagne, l’Autriche, et la Belgique ont refusé une directive européenne de septembre de 2009, visant à recommander l’installation de ces nouvelles technologies. Aux Etats Unis, ils ont été retirés après plusieurs problèmes impliquant des incendies. Face à ces risques, le Canada offre à ses citoyens une option de retrait.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0